André GIDE

A propos d’un immense étourdissement du bonheur…

Ma joie a quelque chose d’indompté, de farouche, en rupture avec toute décence, toute convenance, toute loi. Par elle je retourne au balbutiement de l’enfance, car elle ne présente à l’esprit que nouveauté. J’ai besoin de tout inventer, mots et gestes ; rien du passé ne satisfait plus mon amour. Tout en moi s’épanouit, s’étonne ; mon coeur bat ; une surabondance de vie monte à ma gorge comme un sanglot. Je ne sais plus rien ; c’est une véhémence sans souvenirs et sans rides…

Journal d’André Gide
Une anthologie (1889-1949)

 

Laisser un commentaire