Laurent Terzieff à propos de Tania Balachova….

Petit focus sur ce bel hommage de Laurent Terzieff à Tania Balachova

Laurent Terzieff –  Cahiers de vie (Gallimard)

« C’était une humaniste. Il n’y avait chez elle aucun dogmatisme. Le problème des cours de théâtre, c’est que l’on tombe souvent sur des gourous manipulateurs ou des théoriciens formels qui vous disent : « voilà il faut respirer comme ça, il faut parler comme ça… » Entre ces deux pôles-là, il n’y a pas beaucoup de place, sauf pour les humanistes comme Tania Balachova. C’était une leçon de vie ses cours. J’étais déjà comédien quand je l’ai connue. Pour elle, il y avait à l’intérieur de chaque personnage vivant, des états profonds et des états superficiels. Et il fallait tenir compte aussi bien des uns que des autres.

Contrairement aux Stanivlaskiens qui doivent avant d’entrer en scène, se demander qui suis-je, d’où je viens, etc..et qui jouent dans le monde du « comme si », pour Tania, dans la vie comme au théâtre, ce n’était pas du tout comme ça. On a des états profonds et des états superficiels.« 

Laisser un commentaire